12 novembre 2022

Ô Gravel nocturne ride

 

 

2022 50 (13)

 

 

Sortie nocturne pour 11 membres de l’association (Jacques, Édouard, Philippe, Christophe, Marcel, Thierry, Matthieu, Bruno, Jérôme, Luc et Julien).

Rendez-vous donné à Montaudran pour un circuit semi-urbain, peri-urbain, rurbain ou semi-rural, choisissez quel adjectif convient le mieux.

La première chose à voir (c’est bien le mot) c’est l’éclairage : pour ce genre de balade, dans le noir (relatif car la Lune reflète toujours un peu de lumière, à plus forte raison quand elle est pleine, ce qui était le cas il y 3 jours, on peut alors rouler sur les pistes en gravier sans l’éclairage) et sur les chemins, il faut tout de même installer un bon éclairage, pas seulement pour être vu (ce qui est déjà important) mais pour voir. Et pour voir et être vu, nous avions tous le bon équipement, les quelques automobilistes croisés ont dû se poser quelques questions en voyant au loin cette petite nuée de lumières blanches.

Toutes les marques proposent de bons produits, 3 critères sont à observer : la puissance de l’éclairage (les lumens), la forme du faisceau lumineux produit (la surface éclairée, la concentration du flux lumineux produit) et la durée de la batterie.

Pour ma part, avec mon moyeu dynamo SON, je ne pose plus de question concernant la durée de la sortie et l’éclairage klite avec ses trois phares est très perfomant, moins puissant à faible vitesse mais ce n’est pas gênant puisqu’on va moins vite (2 phares sont alors actifs) et dès qu’on reprend un peu de vitesse (autour des 15km/h) le troisième phare entre en jeu (k-lite propose deux versions d’élclairage, route ou VTT, les trois phares sont alors répartis différemment sur la lampe, j’ai pour ma part opté pour la version VTT).

 

 

 

2022 50 (2)

 

 

 

 

2022 50 (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2022 50 (5)

 

 

 

 

2022 50 (6)

 

 

 

 

2022 50 (8)

 

 

 

 

 

 

2022 50 (10)

 

 

 

 

 

2022 50 (12)

 

 

 

 

 

2022 50 (14)

 

 

 

 

La balade a d’abord emprunté les sentiers de randonnée du Sicoval vers la Saune, la Cocagne et le Lauragais, nous avons traversé Saint-Orens par des piétonniers (dont un bien raide), des chemins, un passage labellisé Ô Gravel (c’est maintenant quasiment indispensable sur nos sorties, il y en aura un autre plus loin), vers Escalquens (dont deux superbes sentiers en sous-bois), puis le Canal du Midi.

Le fort vent d’Est s’est bien fait sentir sur certaines portions.

Les choses plus ou très « sérieuses » (nous avions déjà pris un peu de hauteur avant de redescendre vers le canal)  ont commencé à Donneville où nous avons d’abord suivi le joli sentier le long du Ruisseau des Rosiers. Nous avons ensuite rejoint Belbèze-Lauragais par une superbe piste, un sous-bois et cette jolie forestière au milieu des conifères (ce qui est assez rare sur ces coteaux) vers Noueilles.

Nous avons ensuite retrouvé le Gr653 à Montbrun-Lauragais.

La descente après Rebigue est superbe, un rail …

Nous avons terminé la balade nocturne par la montée à l’émetteur de Pechbusque avant de rejoindre Pech-David. La dernière descente du Gr depuis les Côtes de Pech-David est particulièrement ravinée …

Rouler de nuit change tous nos repères, on roule dans un autre univers, on appréhende totalement différemment le terrain, le relief et si l’éclairage est performant il n’y a aucune raison de ne pas lâcher les freins … On ne profite pas des panoramas et des paysages, de leurs couleurs, mais la nuit n’est jamais totale, on devine les formes des collines, des bois, on a une sensation d’infini sur les zones dégagées, et en sous-bois c’est grisant.

Pas de véhicules sur les quelques portions de bitume, pas d’autres (ou très peu) randonneurs, nous avons dérangé quelques chevreuils, la pratique du vélo offraod nocturne sur de tels terrains n’est pas trop développée, les animaux nocturnes qui profitent de la nuit pour reprendre possession de leur nature (ils étaient là avant nous) ne nous en tiendrons pas rigueur …

Dédicade particulière à Jacques qui a dû écourter la balade suite à un drôle de pépin mécanique et à Marcel qui est retourné sur Toulouse par le canal à Donneville, il faut noter qu’il venait de Fonsorbes et devait donc y retourner.

N’hésitez pas à vous équiper (un peu de fluo ou de réflécgissant ou d’irridescent sera aussi nécessaire sur le casque ou les vêtements) et vous lancer dans la balade nocturne. Sur Toulouse, vous pouvez commencer par les berges de Garonne, intra-muros ou entre Blagnac, Beauzelle, Seilh et Gagnac-sur-Garonne ; les berges de l’Hers entre L’Union, les Argoulets, Montaudran ; la voie verte du Touch ; le Gr653 entre Cornebarrieu et Pibrac par l’Aussonnelle ; l’IGG entre Blagnac et Bouconne ; les forêts (Bouconne, Buzet) ; la voie verte entre Bessières et Bressols ; les bords des canaux, etc. Les sites pour débuter ne manquent pas. Ensuite, vous pourrez partir à l’aventure et même sur des circuits que vous pensez très bien connaître, vous serez surpris !

Si vous devez suivre cette trace en journée pour la partie dans les coteaux du Lauragais, suivez-le dans ce sens entre Montbrun-Lauragais et Pech-David, mais elle sera plus agréable (et moins dure, les pentes seront moins raides) dans l’autre sens entre Noueilles et Donneville.

Le citrcuit publié ici représente une soixantaine de kilomètres. La majorité des participants est venue sur le lieu de rendez-vous en vélo, cela a donc représenté pour eux une centaine de kilomètres.

 

 Photos partagées :

 

 

 

0PSc6UBziaENkhYLj6_UMwNitvR8xPT3GiNN1sRg06o-1536x2048

 

 

 

 

2eTrdVIn4c5K8E4XOEqT3KSCX2a2kNuu3ippn9oRHqc-1145x2048

 

 

 

 

 

 

JPHOuYCJ9BUasU_qQ0n2HR3G4FaRvI8P_y7A4Bl8O6w-2048x1536

 

 

 

 

K1lHe00nAKDRjMEXzrI7x10bSiCW0O8sSFKXks4rCBs-1536x2048

 

 

 

 

PWgE1Ttkq9PJ4TMinklNNTItvC0Wxse5C_M4HXgCBbQ-2048x1536

 

 

 

 

WhatsApp Image 2022-11-12 at 01

 

 

 

 

WhatsApp Image 2022-11-12 at 11

 

 

 

Posté par mastercycle à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]